ARVAC
COMPTE-RENDU de l'ASSEMBLEE GENERALE du 12 août 2013

Le président Jacques Desmazures accueille les participants en les remerciant de leur présence (217 présents ou représentés), d'autant plus que le quotidien régional a omis de publier l'information prévue pour annoncer cette réunion.

RAPPORT MORAL par Jacques DESMAZURES, Président

L'année 2012 a bien débuté avec la remise aux différentes municipalités de la vallée des défibrillateurs que l'ARVAC avait décidé d'offrir à chaque commune pour exprimer la solidarité entre résidents permanents et « secondaires » ; elle s'est poursuivie avec la finalisation du dossier de l'adhérent adressé à chacun d'entre vous, accompagné d'un annuaire des membres dûment mis à jour.

En revanche, le renouvellement de notre agrément en tant qu'association reconnue pour la défense de l'environnement a été refusé en dépit de la constitution et la présentation d'un dossier adapté. La Préfecture a fait valoir que depuis l'adoption d'une nouvelle loi sur l'environnement, les associations prétendant à l'agrément « Environnement » devaient agir dans un cadre au moins départemental et non plus communal. A la suite d'une rencontre entre votre association, représentée par son vice-président François LEBLOND et son administrateur Mireille SERTOUT (par ailleurs présidente de la Fédération des Associations de Résidents de Stations de Montagne), et le préfet de Haute-Savoie, il a été entendu que l'agrément « Environnement » pourrait être accordé à une « structure départementale qui aurait le même objectif que l'ARVAC mais jouirait d'un certain recul par rapport à ses adhérents »n selon l'esprit de la loi. C'est ainsi que vient d'être créée le 4 août dernier la FESM 74 (Fédération des associations pour la protection de l'Environnement et du cadre de vie des Stations de Montagne de Haute-Savoie) dont les membres sont des associations de même nature que l'ARVAC et ayant leur siège en Haute-Savoie ; cette association interviendra pour des sujets qui dépassent le cadre d'une seule vallée (par exemple, protection de la flore, problèmes de sécurité, défense de la qualité de l'air, ...). Sur la base des activités développées par ses différents membres, la FESM 74 sollicitera dès le mois de septembre son agrément « Environnement » auprès de la préfecture de Haute-Savoie.

En ce qui concerne les problèmes de sécurité sur la route principale (nationale) de notre vallée, et notamment pour les piétons sur les tronçons de route qui ne sont pas stricto sensu en agglomération, notre démarche - qui a dû aller au-delà de la commune - n'a pas été couronnée de succès, et doit être renouvelée avec des arguments beaucoup plus approfondis et plus techniques. Nous recherchons ici-même des volontaires pour nous aider dans cette étude et suivre les développements de ce dossier.

Par ailleurs, nous nous félicitons de voir la municipalité travailler avec efficacité sur plusieurs problèmes signalés par notre association ces dernières années :

- dans les lieux publics, le problème posé par la renouée du Japon est en voie de traitement; il serait bienvenu que les particuliers et notamment les membres de l'ARVAC aient la même détermination dans la lutte contre cette plante hautement invasive.
- le stationnement a été très notablement amélioré par la création de parcs supplémentaires
- le parc du Coutet redevient un bel espace public
- le paravalanche de Taconnaz a joué son rôle spécialement cet hiver où l'enneigement a été très élevé
- le curage de l'Arve a été réalisé à Argentière et à Chamonix et sa canalisation opérée en plusieurs endroits
- la maison médicale est désormais opérationnelle
- les saisonniers ont des parkings d'accueil pour leurs camping-cars

A contrario, on peut toujours regretter un état des routes très dégradé, un coût du déneigement très élevé si l'on veut le faire de façon écologique, la pollution sonore par les hélicoptères du fait de nombreux vols pas forcément liés à des questions de sécurité en montagne, l'éclosion de publicités intempestives en montagne, un abandon de pistes de VTT et de leurs équipements spécifiques sans remise en l'état d'origine.

Le président remercie tous les membres du bureau, les administrateurs et les membres qui ont participé aux différentes actions de l'association et il appelle des bonnes volontés supplémentaires pour permettre d'avancer dans quatre domaines prioritaires : animation culturelle, sécurité sur le RN, les normes de construction à respecter par les chalets en zones avalancheuses, et la communication informatique de l'association .

RAPPORT FINANCIER par Roger ROSSET, Trésorier

Nombre d'adhérents au 31 décembre 2012 : 677 , dont 546 en couples et 131 individuels

Se répartissant en : 1% à Vallorcine, 19 % à Argentière, 24 % aux Praz, 44% à Chamonix, 3% aux Bossons, 6 % aux Houches et 3% à Servoz.

CHARGES PRODUITS

Courantes : Courants :

Dons et cotisations 2.430 Cotisations 6.425

Divers 70

Frais bancaires 43 Intérêts bancaires 568

Affranchissements 1.365

Liaisons informatiques 82

Réception 915

Photocopies 638

Abonnements 358

Assurances 180

Fournitures de bureau 322

Sous-Total 6.403 Sous-total 6.993

Exceptionnelles : Exceptionnels :

- Défibrillateurs 6.988 Prélèvements sur réserves

- Dossier de l'adhérent 4.934 11.922

Sous-Total 11.922 Sous-Total 11.922

Excédent de l'exercice 590

Total général 18.915 18.915

Les bénéficiaires des dons et cotisations ont été : la caisse de secours de la Compagnie des Guides (500€), les Amis du Vieux Chamonix (300€), la Réserve des Aiguilles Rouges (230€), la Maison de Barberine (200€), l'Echo du Buet (200€), l'AIRAP (200€),les Amis de l'Orgue de Saint-Michel (200€), la restauration de l'église de Servoz (200€), les Amis du Cinéma VOX (250€) et la Fédération des Associations des Résidents de Montagne (150 €)

Situation de trésorerie : compte courant 957 €

Compte épargne 16.896 €

Caisse 100 €

Total 17.953 €

Le trésorier a renouvelé son appel aux membres pour promouvoir des adhésions supplémentaires, gages de la vitalité de l'association.

RESOLUTIONS Le rapport moral et le rapport financier sont approuvés à l'unanimité.

RENOUVELLEMENT DES ADMINISTRATEURS

Cette année voit la fin de mandat (six ans) de 5 administrateurs (soit environ le tiers du Conseil)

André CHAVETON, sortant, ne se représente pas. Tessa LEFORT, Madelaine PORTIER, Roger ROSSET et Pierre-Emmanuel TAITTINGER, sortants, se représentent ; ils sont réélus à l'unanimité.

Christian CORVAISIER a présenté sa candidature que le Conseil d'Administration a acceptée ; il est élu à l'unanimité par l'assemblée.

L'Assemblée Générale est ainsi achevée pour la partie statutaire ; elle se poursuit par diverses communications.

INTERVENTION DE Jean-Claude BOURDAIS, Président de l'AIRAP

J.C. Bourdais rappelle que l'objectif de l'AIRAP est triple : une meilleure cartographie des risques d'avalanches en zones urbaines, une meilleure information des habitants concernés, , non seulement dans la vallée de Chamonix mais aussi dans les autres stations de montagne.

L'AIRAP agit actuellement à Chamonix pour faire modifier des couloirs d'avalanches dont il apparaît aux yeux des experts consultés qu'ils sont mal répertoriés. Une commission d'experts nommée par les pouvoirs publics a rendu son rapport en novembre 2012 et celui-ci a demandé que soient engagées des études - plus ou moins approfondies selon l'importance des risques décelés - pour 27 couloirs sur les 52 étudiés, en vue de leur révision. J.C. Bourdais montre comment se présentent les fiches des couloirs en question et l'AIRAP remettra aux membres de l'ARVAC intéressés, à leur demande, les fiches qui les concernent. Ces études complémentaires devraient être incessamment terminées et l'AIRAP estime qu'il conviendrait que les conséquences en soient tirées dès maintenant pour mise en œuvre des mesures adéquates avant l'hiver 2013/2014 et intégration dans un PPR révisé. Ce sera l'objet de la question qui sera posée au maire aujourd'hui et ici même.

Par ailleurs, 23 couloirs ont été estimés sans besoin de modification alors que l'alea exceptionnel pluricentenal n'a pas été intégré dans leur étude ; l'AIRAP estime qu'il s'agit d'une lacune dans le travail de la commission et a interpelé le préfet sur ce point.

Enfin, pour les deux couloirs (dont Brévent) exclus de l'étude comme trop complexes, l'AIRAP ne se satisfait pas du statu quo et demande que soient étudiées des mesures de protection (paravalanches, rateliers, etc.) analogues à ce qui se fait dans d'autres pays d'Europe confrontés aux mêmes problèmes. Il serait bon que cette demande fasse l'objet d'une action des riverains concernés.

En ce qui concerne l'automate d'alerte, il fonctionne et bien. Les plans d'évacuation ont bien été distribués aux résidents concernés ; il conviendrait toutefois qu'il y ait une cohérence supérieure en rapprochant certains plans (Moussoux, Molard, Majestic). Pour les normes de construction à faire respecter par les constructions en zone à risques d'ci fin 2014, tout reste à faire car les normes ne sont pas cohérentes, les différentes parties prenantes (préfecture, mairie, syndics, architectes, etc.) se renvoient la balle et rien n'avance ... S'agissant de risques aux biens et non aux personnes, ce dossier devrait faire l'objet d'une prise en charge par une association autre que l'AIRAP, l'ARVAC par exemple.

INTERVENTION DE Marc-Yves BISSON, administrateur, au sujet de l'orgue d'Argentière.

L'église Saint-Pierre d'Argentière date de 1724 ; si elle bénéficie d'un retable classé, elle ne dispose pas d'orgue. Les argenterots se mobilisent pour permettre la construction d'un orgue et une association Les Amis de l'Orgue d'Argentière a vu le jour. C'est Jan CLEVER, organiste tant à l'église qu'au temple de Chamonix qui vient en parler.

Le projet a vu le jour fin 2012 et l'architecte des bâtiments de France compétent (M. Brottier qui vient de superviser la rénovation de l'orgue de Saint-Jacques de Sallanches) a été officiellement saisi ; il a remis son rapport fin décembre et celui-ci a été transmis par l'association à la mairie de Chamonix qui a fait connaître son accord pour soutenir le projet. Celui-ci porte sur un budget de 200.000 € ; au-delà de la dimension cultuelle, il s'agit d'un projet culturel qui devrait attirer aux concerts de nombreux auditeurs comme on peut le voir aux heures d'orgue à Chamonix chaque dimanche. S'agissant d'un instrument différent de celui de Chamonix, il n'y aura pas concurrence mais complémentarité, notamment en ayant à Argentière un outil pédagogique qui s'intégrera à l'école de musique de Chamonix. L'association est en train de modifier légèrement ses statuts (AGE en octobre 2013) pour obtenir la reconnaissance d'intérêt général et bénéficier de la déductibilité fiscale des dons reçus. L'AG 2014 de l'ARVAC sera l'occasion de revenir faire le point sur l'avancement de ce projet et de ... solliciter la générosité des participants.

INTERVENTION d'Eve DARRAGON, Administrateur, « La qualité de l'air dans la vallée de l'Arve ».

On peut s'en désoler mais c'est ainsi, l'air des Alpes réputé pour sa qualité (station climatique de Plateau d'Assy, etc.) est devenu un sujet d'étude sur la pollution !

E. Darragon a présenté un rapide résumé de son étude.

Il en ressort que la vallée de l'Arve est la seconde zone la plus polluée en Rhône-Alpes, à cause de la stagnation des polluants dans la vallée du fait de la topographie et des phénomènes hivernaux d'inversion de température : pollution en fond de vallée par les particules (PM10) en hiver et en altitude à l'ozone en été. Les sources de pollution sont prioritairement le chauffage au bois, l'usine de Chedde, la circulation des véhicules légers et plus modestement celle des poids lourds ...

Comment les résidents peuvent-ils agir pour limiter cette pollution : en respectant les interdictions de feux de déchets verts et de feux d'artifice, en modernisant les installations de chauffage - y compris à bois - en conformité avec les nouvelles normes, en privilégiant les transports en commun.

L'ensemble de l'étude, très documentée, est consultable sur le site de l'ARVAC .

INTERVENTION d'Eric FOURNIER, Maire de CHAMONIX, Président de la Communauté de Communes

Après avoir été accueilli par le président Desmazures et que celui-ci ait rappelé tant les réalisations obtenues récemment que les problèmes toujours en cours (cf. ci-dessus Rapport Moral du Président), Eric FOURNIER remercie l'association pour son invitation, son accueil et son action en faveur du « bien vivre ensemble » dans la vallée de Chamonix.

Puis E. Fournier apporte les réponses suivantes :

« Rénovation de la ligne ferroviaire : la ligne sera rouverte jusqu'au Chatelard en décembre prochain mais avec le même nombre de trains qu'avant ; le nouveau cadencement (un train par demi-heure) ne sera effectif qu'en décembre 2014 avec la mise en place d'un système de signalisation adapté (celui du réseau suisse). Le tunnel des Montets fonctionnera cet hiver comme par le passé (noria gendarmes – pompiers) et sera automatisé pour décembre 2014 également.

A noter que cette rénovation de la ligne SNCF s'accompagne de l'équipement de toute la vallée avec un réseau de fibre optique par mise en place des chambres de tirage à chaque passage à niveau, ce qui permettra ensuite de connecter les utilisateurs finaux.

Bus urbains : on s'apprête à renégocier la convention de service public avec un objectif de plus grande qualité et d'augmentation des dessertes.

Santé : l'hôpital de Sallanches couvre désormais toute la vallée depuis Vallorcine jusqu'à Cluses ; nous intervenons auprès de l'ARS pour que ses moyens soient adaptés, notamment pour les urgences, à cette extension géographique.

Equipements publics :

- EHPAD intercommunal : projet et financement sont arrêtés pour une installation sur le secteur Jean Franco
- Centre de Secours : les travaux vont commencer cet hiver pour préparer sa migration de la place du Mont-Blanc au secteur de l'hôpital
- Ecole de Musique : elle sera livrée à l'automne, également sur le secteur Jean Franco
- Espace Culturel : son installation place du Mont-Blanc pourra être engagée dès le départ du centre de secours

Intercommunalité : le bilan est très positif avec 40% des compétences mises en commun (sport, culture, transports, une grande partie du social) sans créer de nouvelle administration ni utiliser de nouveaux bâtiments mais en fonctionnant par mises à disposition. On réfléchit à une seconde phase, si possible dès 2014, notamment pour l'urbanisme (PLU intercommunal).

Remontées mécaniques : il y a un besoin de redynamiser les investissements, un peu délaissés du fait de contrats de concession en fin de course. Nous souhaitons que nos domaines soient reconfigurés avec des équipements plus modernes sans être étendus. Le contrat avec la CMB a été dénoncé à l'amiable avant son échéance normale de 2018, un appel d'offre lancé auquel, finalement, seule la CMB a répondu ; nous étudions sa recevabilité et les négociations sont en cours. L'objectif est de pouvoir signer un nouveau contrat en début d'hiver. Par défaut, on en reviendrait au contrat initial.

Nuisances sonores à la DZ des Bois : des rencontres ont été organisées avec les prescripteurs pour rappeler les fondamentaux : les vols doivent concerner des problèmes de sécurité de personnes. Les vols pour formation, exhibitions, tourisme, etc. doivent se faire au départ d'un autre site. Un engagement dans ce sens devrait être concrétisé après concertation.

Nuisances sonores le long de la RN : la municipalité a approché l'ATMB pour obtenir des couvertures complémentaires, notamment au niveau des Bossons.

Panneaux publicitaires BMW non déposés pendant l'été : posés dans le cadre d'un partenariat Office de Tourisme/CMB/BMW, leur enlèvement l'été n'était pas explicitement prévu ; tenant compte des demandes exprimées, CMB va masquer ces panneaux cet été et les enlever l'été prochain.

Itinéraires de VTT : l'étroitesse de notre vallée implique un partage de l'espace bien négocié. Pour le VTT, des expériences ont été tentées, certaines avec succès, d'autres non. Il faut en tirer les conséquences et arrêter ce qui ne marche pas, en veillant à la remise en état. Plus généralement, la règle est d'autoriser le VTT sur certains tracés qui ne sont pas en concurrence avec la randonnée pédestre ; partout ailleurs, le VTT est interdit en saison estivale, même si notre police municipale n'est pas toujours là pour faire respecter l'interdiction. Pour le Paradis des Praz très fréquenté par piétons et randonneurs, note est prise qu'il faut être plus drastique.

Voierie : le déneigement est devenu plus coûteux ces dernières années car, heureusement, les hivers ont connu un enneigement supérieur aux années précédentes ; les services municipaux font de leur mieux, alors même que les riverains ont tendance à en demander toujours plus.

Pour les revêtements des chaussées, un plan de renouvellement à long terme, plus ambitieux, a été budgété sur 15/20 ans. La réfection de la rue Mummery s'inscrit dans un plan plus large de révision de la circulation et du stationnement dans ce secteur, plan disponible à l'automne prochain.

Réseau gaz de ville : le gaz est effectivement un combustible à favoriser sur le plan écologique ; le concessionnaire est prêt à envisager des extensions dans la mesure où des secteurs sont demandeurs avec un nombre suffisant d'utilisateurs. Par ailleurs, des études sont menées avec nos voisins valaisans, dans le cadre du programme Planeter (Planification Energies Territoriales), pour envisager une optimisation de la fourniture d'énergie selon les différents territoires en proposant un cadastre énergétique. Comme on peut désormais injecter dans le réseau de gaz les gaz issus de la biométhanisation, cela relance l'intérêt pour une augmentation du réseau gaz dans notre vallée.

Parc du Coutet et Tournette : la rénovation du parc du Coutet est presque achevée et la butte morainique a été conservée. La Tournette a fait l'objet d'un appel à projet : celui-ci consiste en une maison de musiciens portée par André Manoukian. Le Conseil municipal va devoir se prononcer très prochainement sur cette résidence d'artistes où la municipalité est à la fois bailleur et cogestionnaire et qui pourrait apporter une programmation musicale renouvelée pour la vallée dans un esprit festif mais en restant vigilant pour éviter tout dérapage (binge drunking, par exemple !). Dans un dernier temps, on pourra s'intéresser à l'hôtel du Coutet en pratiquant encore un appel à projet.

CREA et Observatoire Vallot : L'observatoire Vallot a été mis en vente par l'Etat après « déclaration d'inutilité publique » (sic). La municipalité regretterait de voir partir cet équipement à valeur patrimoniale et historique mais il faudrait que le vendeur renonce au prix des Domaines qui ne tient pas compte des caractéristiques de l'emplacement. La municipalité, conjointement avec le CREA, a répondu à l'appel à projet lancé par Bercy, en expliquant que ce bâtiment pourrait devenir le « camp de base » du CREA dans la vallée. Précisons que ce projet ne vient pas en concurrence avec le projet d'extension de Christine Janin, lequel peut se réaliser sur son terrain actuel qui dispose de droits à construire suffisants.

Réponses aux questions de l'assemblée :

- Préservation des éléments architecturaux intéressants à l'Hôtel du Coutet : nous veillerons à préserver ce qui le mérite mais, hélas, les derniers utilisateurs ont largement contribué à dégrader l'intérieur ; quant au passage de GIGN pour un entrainement, il est réel mais ces experts n'ont qu'accédé aux toits et commis aucune dégradation.
- Sensibilisation à la protection de la biodiversité : dans la suite de la Conférence sur la Biodiversité qui s'est tenue ici-même, la communauté de communes s'investit sur ce sujet et recherche activement des partenariats. Dans cet esprit, à Argentière, le presbytère rénové accueille aux premier et second étages un pôle environnement confié à ASTER, délégataire de la communauté de communes pour la gestion des réserves naturelles, où sont recensés tous les dispositifs sur ce sujet dans un but pédagogique.
- Suite donnée au rapport des experts sur les couloirs d'avalanches (AIRAP) : la commune ne cache jamais rien et ce rapport sera communiqué de la même façon que les précédents l'ont été, indépendamment des contraintes administratives de la révision du PPR.
- Prise en compte dans les négociations avec la CMB des dérives comportementales en altitude, d'une part, et des obligations d'aspect esthétique, d'autre part :
Le cahier des charges intègre mieux désormais les aspects esthétiques et prévoit des démontages, voire des démolitions le cas échéant. Pour les problèmes comportementaux, ils ne dépendent pas exclusivement de la CMB et il faut trouver un juste équilibre entre ce qui nous est reproché par certains (manque d'animation sur les pistes) et les nuisances sonores ressenties par d'autres. Il faut viser une animation de qualité, en lien aussi avec les opérateurs en pied de piste (bars, etc.). Chamonix veut conserver son esprit sportif et ne souhaite pas attirer une clientèle qui rechercherait, sur ses pistes, des sensations fortes dans le bruit et l'alcool.
- Renégociation des tarifs des remontées avec la CMB : la tarification est un des piliers économiques du contrat et la municipalité y est très sensible ; mais investissements, qualité de service et tarification sont liés. La municipalité n'oublie pas les problématiques familiales quand elle négocie.

Le président Desmazures signale, pour terminer, la sortie d'un très intéressant livre sur la vie à Chamonix autrefois, Les Mémoires de l'Oncle Ambroise, souvenirs d'Ambroise COUTET, qu'il recommande ; puis il invite les participants au verre de l'amitié.