ASSOCIATION DES RESIDENTS DE LA VALLEE DE CHAMONIX 
PROCES-VERBAL de L'ASSEMBLEE GENERALE du 6 AOUT 2009

L'Assemblée Générale annuelle de l'Association des Résidents de la Vallée de Chamonix (ARVAC) s'est tenue le jeudi 6 août 2009 à 16 heures dans les salons du Majestic à Chamonix sur convocation du Conseil d'Administration adressée à tous les membres au mois de mai 2009.

La séance s'ouvre à l'heure prévue sous la présidence de Jacques Desmazures, Président. Il constate d'entrée que les membres présents ne sont pas tout à fait aussi nombreux que les années précédentes. Le mauvais temps en est sans doute responsable. Le Président souhaite la bienvenue à tous les présents.

Il remercie le Maire de Chamonix d'avoir mis les salons du Majestic à la disposition de l'ARVAC.

Présidant pour la première fois l'Assemblée, il se présente : il est résident dans la Vallée depuis 40 ans, membre de l'ARVAC depuis environ 35 ans. Il a fait sa carrière « chez Dassault ». Son action au sein de l'ARVAC a principalement consisté à mettre à jour le site informatique élaboré par Madelaine Portier.

L'Assemblée Générale va donc maintenant se dérouler. Le Maire de Chamonix viendra à 18 heures pour intervenir et répondre aux questions des participants. Le traditionnel verre de l'amitié sera ensuite servi dans le hall d'entrée à 19 heures 30. Comme l'année précédente, le dîner réunissant les membres sera servi à 20 heures 30 précises à l'hôtel Alpina, le Majestic n'étant plus adapté à recevoir des dîners assis.

L'Assemblée entendra successivement le rapport moral du Président et le rapport financier présenté par Roger Rosset, Trésorier. Nicolas Gorodiche proposera ensuite à l'Assemblée le renouvellement des Administrateurs dont les mandats sont arrivés cette année à terme.

Rapport moral

Jacques Desmazures rend tout d'abord hommage à son prédécesseur, Pierre-Emmanuel Taittinger, puis il expose son rapport moral.

1) L'environnement est un problème cher à l'Association. Deux événements sont à signaler : l'élaboration de la Charte de Développement Durable, question suivie par François Leblond, et le recensement de tout ce qui présente un intérêt historique, artistique, architectural, etc. dans la Vallée.

2) Le point sur la question des avalanches sera fait par Jean-Claude Bourdais.

A signaler cette année deux phénomènes aquatiques inquiétants : l'Arve a été très près de déborder après des pluies abondantes, mais non exceptionnelles, ce qui pose un très sérieux problème de sécurité pour l'avenir. Aux Pèlerins, le torrent des Barrats a débordé, suite à la rupture d'une poche d'eau.

3) On constate un relâchement dans le tri sélectif des déchets et ordures : des tas d'immondices s'accumulent trop souvent près des « moloks », alors que l'obligation de déchargement à la déchetterie du Closy existe pour tous

4) Le Président énumère ensuite différents problèmes :

Le déneigement est, dans l'ensemble bien fait, mais jugé trop coûteux par la Ville. La municipalité veille au bon respect du Plan Local d'Urbanisme (PLU) : affaire du projet de construction d'un hôtel hors normes aux Praz,

La propreté du lac des Gaillands est enfin obtenue,

L'utilisation de la piste du Savoy par « l'ultra-rail » a provoqué d'importants dégâts,

Le problème du maintien de l'hôpital n'est pas résolu : Chamonix a une population de 80 000habitants en saison et on y pratique des sports « à casse » : un « désert médical » menace,

Une amélioration au problème tram/train : l'arrêt SNCF « Aiguille du Midi » est en service,

Traversée de Vallorcine : la limite de vitesse est rarement respectée ; il y a eu un accident mortel,

La traversée d'Argentière pose le même problème : des solutions sont recherchées,

De nombreux automobilistes empruntent le chemin des Cristalliers pour éviter la

circulation sur la route nationale,

La rocade de Chamonix est trop souvent embouteillée : la Municipalité est à la recherche d'une solution,

Diversité sportive : 4 problèmes se posent :

-En été, le contrôle de la circulation des VTT : des chemins sont à leur réserver depuis Vallorcine jusqu'à Servoz,

-Le « roller » : c'est le sport qui « monte » : il y a bien la piste du Grépon, mais elle ne correspond pas du tout aux besoins,

- On constate la disparition quasi-totale de l'équitation,

-Le problème de la piscine et de son bassin extérieur n'est toujours pas résolu : espérons une solution: une ouverture en octobre 2009 est promise ???

-Le démontage des pylônes de Planpraz a bien été entrepris, mais la planification de la suite du travail n'est pas connue,

Les conseils de secteurs ont été mis en place,

Signalons un point favorable : le « service 72 heures » ; il s'agit de la promesse de la Mairie de traiter un problème relevant de sa compétence dans les 72 heures suivant son signalement à ses Services.

En conclusion, il ne semble pas à Jacques Desmazures que « l'on » ait de la Vallée une vision à long terme de ce qui est à entreprendre..

Le rapport moral se conclut par le souhait de voir se créer des liens plus forts entre les membres de l'ARVAC.

Quant à son fonctionnement administratif, on tend, pour des raisons d'économie et de commodité à passer au « tout électronique », tout en réalisant très bien que cela ne peut se faire que très graduellement. Le site électronique de Madelaine Portier fonctionne très bien et rend déjà les plus grands services.

Le Conseil a décidé, cette année encore, de maintenir la cotisation à 20 € pour les ménages et 15 € pour les personnes seules (tarif inchangé depuis 7 ans). Le nombre des membres se maintient à un chiffre voisin de 700, alors que le nombre des adhérents possibles est d'environ 10 000, c'est à dire une proportion d'environ 7%. Quoi qu'il en soit, l'Association « se porte bien ».

Le Président adresse tous ses remerciements à tous ses collègues qui l'aident à en assurer le bon fonctionnement.

Il termine en se félicitant de l'action de l'Arvac dans la défense des sites et de la beauté et l'agrément de la Vallée. Il met le Rapport Moral aux voix : il est adopté à l'unanimité.

Il passe maintenant la parole à Roger Rosset pour la présentation du rapport financier.

Rapport Financier

1°/ Adhérents : nombre de couples : 298 x 2 = 596 personnes

« d'adhérents seuls : 123 «

Total : 719 «

Le nombre est légèrement en baisse en raison de la radiation de fait d'un certain nombre de cotisants n'ayant pas donné signe de vie depuis plusieurs exercices. Au 31/12/2008, 42 adhérents n'avaient pas payé leur cotisation 2008, 31 ont été radiés.

Depuis le 01/01/2009, on a enregistré 11 nouvelles adhésions.

2°/ Comptes

Ils laissent apparaître que les 4 principaux postes de charges : dons/subventions, frais de réception (il s'agit exclusivement du « pot de l'amitié » annuel offert à l'issue de chaque Assemblée Générale), affranchissements, y compris frais de relance de cotisants en retard, et photocopies constituent près des trois quarts des dépenses.

Les seules recettes sont les cotisations pour 7875 € auxquelles s'ajoutent les intérêts du compte livret à la banque.

L'exercice 2008 enregistre un léger excédent de 171 €.

3°/Trésorerie

La trésorerie est en ce moment à l'aise avec un solde créditeur de 2600 € au compte ordinaire et 26600 € au compte livret.

Le Président remercie Roger Rosset de la qualité de son travail et de son exposé et met le Rapport Financier aux voix. Il est adopté à l'unanimité.

Il appelle maintenant Nicolas Gorodiche au micro pour les élections au Conseil d'Administration.

Elections au Conseil d'Administration

Pour Nicolas Gorodiche, même si des aides extérieures se manifestent de temps à autre, c'est bien les Administrateurs bénévoles qui « font le boulot ».

Cette année, deux personnes voient leur mandat venir à terme ; elles en sollicitent le renouvellement. Il s'agit de Catherine Samaan : elle est réélue à l'unanimité sous les applaudissements. Et de Mireille Sertout, fondatrice de la Fédération des Associations de Stations de Montagne : elle est réélue à l'unanimité sous les applaudissements.

Il reste un siège à pourvoir au Conseil (le 15ème). Jean-Claude Bourdais, bien connu des adhérents de l'Arvac est candidat. Nicolas Gorodiche le présente brièvement : HEC, DESS de Droit, créateur de son Entreprise, les circonstances ont amené Jean-Claude à s'occuper du problème des risques d'avalanches, dont il est devenu un spécialiste. Jean-Claude Bourdais est élu à l'unanimité moins une abstention sous les applaudissements.

Le Président passe la parole à Tessa Lefort.

Mini – Salon du Livre

Sortie culturelle

Tessa souhaite que l'Assemblée ait une pensée émue pour six des membres éminents de l'Association disparus au cours de l'année écoulée. Il s'agit de :

M. Lucien Ciavaldini

M. Robert Wirth

M. Marcel Muller

M. Michel Vincent

M. Lefort des Ylouses

M. Thierry Lefébure

L'Assemblée observe une minute de silence.

Tessa présente ensuite le mini-salon du livre et commente chacun des ouvrages que l'on y trouvera :

- Joëlle Paccalet-Dartigue-Perroux : « Flâneries au pied du Mt Blanc »

- Elisabeth Dufourcq : « Histoire des Chrétiennes, l'autre moitié de l'Evangile »

- Paul Beylier : « Montagne source de joies »

- Richard Lambert : « L'or bleu de la montagne »

« Lumières de neige »

- Philippe Lasserre : « Une famille dans la guerre, 1939-45 »

- Marcel Pérès : « Secours en montagne », Henry Russell

Le Président retire alors la parole à Tessa qui n'aborde donc pas le sujet de la « Sortie culturelle ». Il appelle Christine Janin.

A chacun son Everest

Christine Janin est médecin. Elle a réussi quelques remarquables performances sportives : monter au sommet de l'Everest, aller au Pôle Nord, etc.

Elle anime maintenant à Chamonix l'œuvre « A chacun son Everest » qui offre à des enfants cancéreux (leucémiques) le moyen de chercher sa propre voie de guérison (« aller à l'Everest, mais par quelle voie ? ») et d'atteindre son propre sommet personnel en dépit de sa maladie (l'Everest = la possible guérison). Des résultats spectaculaires sont obtenus. Mais aussi des échecs : 2600 enfants passés par son ,œuvre au fil des années, 130 sont aujourd'hui décédés...

L'hôpital

Chargé par le Conseil d'Administration d'intervenir auprès de la Mairie sur le dossier de l'hôpital, Marc Bisson rend compte de sa mission. Il commence par remercier le Conseil d'Administration de l'avoir d'abord coopté, puis l'Assemblée de l'avoir ensuite élu.

L'hôpital est un sujet ardu. Le problème-clé est celui de la fermeture du Service des Urgences. Marc Bisson retient 7 étapes :

- En 1994, le nouvel hôpital est inauguré,

- En 1999, la maternité est fermée,

- En 2001, la chirurgie est fermée,

- En 2004, la communauté hospitalière des hôpitaux du Mt Blanc (Sallanches-Chamonix) est créée : de ce fait, le contrôle administratif de l'hôpital de Chamonix échappe au Maire de Chamonix pour passer sous celui du Maire de Sallanches,

- En 2008, la décision est prise de fermer le service des urgences de Chamonix

- Aujourd'hui, ce service demeure, mais n'ouvre en haute saison que de 8 heures à 20 heures, avec 3 médecins et 3 infirmières, et en basse saison que de 9 heures à 19 heures avec 2 médecins et 2 infirmières,

- Pour l'avenir immédiat, 6 médecins généralistes, avec l'aide de 3 ou 4 spécialistes, de 2 ou 3 kinés et l'appui d'un laboratoire seraient prêts à s'investir pour faire fonctionner une « maison médicale » et sauver ainsi le service des urgences.

Le Maire serait acquis à l'idée et très disposé à accueillir l'intervention de l'Arvac.

En conclusion, l'avenir de notre hôpital concerne tous les résidents. Il satisferait un certain nombre de besoins en matière d'urgences et permettrait d'offrir des soins aux personnes relevant de la gériatrie.

Marc Bisson est remercié et applaudi.

Sauvegarde de la chapelle des Praz

Christian Couttet, ancien Maire de Chamonix intervient pour expliquer que la chapelle connait deux périls : sa couverture en ardoise a un urgent besoin d'être refaite ; la chapelle, construite après la loi de 1905 est un des 2000 édifices religieux en France à appartenir aux paroisses. De ce fait, elle n'est pas éligible aux financements publics.

La chapelle des Praz appartient au patrimoine local : c'est l'un des édifices les plus photographiés de France ! Elle fait aussi partie de l'histoire : elle est le produit d'un vœu fait pendant la guerre par les habitants des Praz que s'ils sortaient indemnes de la dictature de Mussolini, ils construiraient une chapelle.

Le coût de la restauration de la toiture est de 125 000 €. Malheureusement, les dons faits ne sont pas fiscalement déductibles : seuls ceux faits à une fondation le sont et l'évêché n'est pas une fondation... Christian Couttet fait appel à tous.

Les risques d'avalanches

Jean-Claude Bourdais explique l'action de l'AIRAP (Association pour l'Information sur les Risques d'Avalanches et leur Prévention) dans les domaines de :

- la cartographie,

- l'information des personnes concernées,

- les informations pratiques en cas de danger,

- la diffusion des cartes aux Administrations, aux Maires, aux Notaires,

- les démarches auprès du Ministre de l'Intérieur et du Premier Ministre ; il mentionne

à ce propos les difficultés liées au fonctionnement « cahotique » de l'Administration.

Mais il relève qu'il existe au Gouvernement une volonté très forte de répondre aux souhaits de l'AIRAP. Les relations avec le Préfet de Haute Savoie sont dominées par la nécessité de revoir 40 couloirs, notamment dans les zones des Pèlerins, d'Argentière et des Moëntieux.

Il déplore que les travaux effectués à Argentière semblent pratiquement inefficaces

L'ensemble des travaux terminés dans la Vallée devrait aboutir à la publication d'un nouveau PPR (Plan de Prévention des Risques).

Il revient au Maire d'informer les propriétaires du risque que court leur propriété du fait de possibles avalanches. Mille trois cents propriétaires ont déjà été prévenus : le Maire assure ainsi sa sécurité juridique. Qu'il soit aussi remercié pour contribuer à assurer la sécurité des personnes, bien plus importante que la sécurité des biens.

Jean-Claude Bourdais termine en tenant à remercier toutes les personnes des Services de l'Etat qui ont contribué à faire avancer le dossier.

Il est encouragé par les applaudissements de l'Assemblée.

Eric Fournier

Maire de Chamonix

A 18 heures, Jacques Desmazures accueille Eric Fournier, Maire de Chamonix et lui passe aussitôt la parole.

Eric Fournier remercie de l'invitation qui lui a été faite et se dit heureux de l'établissement de la relation constructive et continue entre l'Arvac et la nouvelle équipe municipale en place depuis un peu plus d'un an.

L'année écoulée a permis la mise en œuvre de cadres d'intervention à l'action publique dans ses domaines de compétence.

L'urbanisme :

- protection du patrimoine urbain et paysager,

- établissement du PLU (Plan Local d'Urbanisme) avec l'aide d'un cabinet d'études

chargé de la requalification et de la définition des limites du tissu urbain de Vallorcine aux Houches,

- enquête publique sur la protection du patrimoine,

Les transports :

- finalisation du schéma de desserte des bus urbains,

- le tram/train : meilleure utilisation de la voie ferrée actuelle par intensification de la

fréquence jusqu'à 3 trains par heure dans chaque sens de Vallorcine aux Houches : l'

équipement actuel ne permet pas de le faire ; le financement des travaux devrait être

trouvé d'ici au mois d'octobre,

Le développement durable sur deux plans :

- en septembre, lancement d'une politique intercommunale de maîtrise des émissions

de gaz à effet de serre,

- à l'échelon transfrontalier, mise en place d'indicateurs communs d'observation du

climat sur le secteur du Mt Blanc en commun avec le Val d'Aoste et le Valais,

- inscription de Mt Blanc au patrimoine de l'UNESCO en accord avec tous nos

voisins.

La stratégie touristique vise à travailler sur les activités de basse et de moyenne saison : écotourisme.

La feuille de route globale propose un projet de développement de la Vallée avec toutes le collectivités du canton.

Eric Fournier remercie pour les échanges qui ont eu lieu au cours de l'année et formule le souhait de se rencontrer plus régulièrement.

Jacques Desmazures : le tram/train s'arrête aux Houches ; pourquoi ne va-t-il pas jusqu'à Servoz ?

EF : Il s'agit pour l'instant d'un projet « a minima » ; on fait dans un premier temps le tronçon Vallorcine – les Bossons, ensuite on ira plus en aval : il faudra pour cela trouver 20 millions €, ce qui est tout à fait possible mais demandera du temps.

Q. Au sujet du développement durable, beaucoup d'entre nous ont depuis longtemps des résidences, maisons, chalets. Elles ont aujourd'hui besoin d'être mises aux normes d'efficacité énergétique, mais nous ne trouvons pas d'artisans capables d'assurer le travail sur le patrimoine existant.

EF : Il est vrai que nous sommes en retard dans le domaine énergétique ; il faudrait nous placer dans une logique de « guichet unique » pour répondre à ce type de besoin.

Nicolas Gorodiche : On parle d'intercommunalité, mais Vallorcine est toujours enclavé.

EF : la situation actuelle du tunnel des Montets est inacceptable. Le col des Montets est impossible à sécuriser : l'hiver dernier, 3 coulées d'avalanches ont atteint la route ; les travaux du « comité de pilotage » ont pris du retard. Si les choses n'avancent pas, le Maire de Vallorcine et moi-même allons refuser de gérer l'itinéraire routier pendant l'hiver 2009/2010.

Il n'est pas question de construire un tunnel routier été/hiver, mais bien d'aménager une possibilité pour le trafic automobile d'utiliser en alternance le tunnel ferroviaire existant en cas de blocage du col. Il s'agit uniquement de créer un moyen de désenclavement.

Q. Les trains sont très bruyants : qu'est-il prévu pour réduire les nuisances en cas d'augmentation du trafic ferroviaire ?

EF : Des travaux d'amélioration de la voie auxquels s'ajouteront des améliorations techniques pour réduire les bruits de roulement.

Q. Des plantes parasites de bonne dimension prolifèrent fâcheusement un peu partout dans la Vallée, particulièrement à Argentière.

EF : Voit avec le Service « Espaces Verts » ce qu'il est possible de faire.

Q. Le parking des Grands Montets est une zone totalement « minérale » très inesthétique.
EF : Il s'agit bien d'un des « points noirs » de la Vallée. C'est à traiter en accord avec la Cie du Mt Blanc ainsi, d'ailleurs, que le plan de démontage des pylônes en béton de Planpraz.

Q. S'agissant du tri sélectif des ordures, aucun effort d'information n'est fait auprès des étrangers faisant des séjours plus ou moins courts dans la Vallée.

EF : La remarque est juste : une manière de communiquer est à trouver.

Q. La question du « camping sauvage » est posée.

EF : La possibilité pour la police municipale de jouer une sorte de rôle de garde-champêtre en faisant de la « police verte » va être examiné. Elle aurait pour mission de sévir au-delà de 24 heures d'infraction.

Q. L'Arveyron charrie une quantité considérable de galets : cela constitue manifestement un grand risque

EF : Non seulement l'Arveyron, mais l'Arve et tous ses affluents ! L'origine du phénomène se trouve dans le retrait des glaces qui ne jouent plus leur rôle de rétention. Or l'Administration du SM 3A, compétent sur tout le bassin de l'Arve de sa source à son confluent avec le Rhône, ne considère, pour l'instant, qu'un modèle qui n'est plus bon parce que périmé par ce bouleversement naturel : l'incident récent aux Pèlerins et la menace de débordement rue des Moulins (à 5 cm près !) sont des affaires très sérieuses qui nécessitent une action rapide : curage de l'engravement excessif ? Rehaussement des quais ? Autre mesure ?

Q. On se plaint vivement de la cherté de la vie à Chamonix et du « manque de sens civique » de certains commerçants (applaudissements nourris) : à quand l'installation d'un magasin « hard discount » ?

EF : Le permis de construire pour la rénovation du magasin Ed, près du Closy a été délivré ; la date des travaux n'est pas connue.

Pierre-Emmanuel Taittinger pose plusieurs questions :

- Les importants travaux en cours sur la Route Blanche ne laissent-ils pas entrevoir le doublement du tunnel ?

- Pourquoi les travaux de la piscine traînent-ils tant ?

- Chamonix n'a toujours pas de local pour les cérémonies privées (réceptions diverses, mariages, etc.) : où en est-on de la question du Parc du Couttet ?

- Quelle législation y a-t-il pour les arbres de plus de 8m de haut ?

- Quelles sont les conséquences pour une propriété d'être située en zone avalancheuse jaune ?

EF :

- Les travaux de la route d'accès au tunnel connaissent un retard lamentable », alors que nous sommes en plein « plan de relance » : c'est là une situation « désolante » ; rien, pour l'instant, ne donne à penser que le tunnel sera doublé.

- Le retard des travaux de la piscine est inacceptable : il va y avoir une suite juridique. La piscine sera « reçue » officiellement en octobre : attention, la date de réception ne veut nullement dire date d'ouverture au public ; celle-ci n'est pas connue à ce jour.

- Le futur équipement culturel sera plus qu'une simple « salle des fêtes » : ce sera un équipement de 500 à 600 personnes mieux équipé. Trois sites sont envisagés :

· La Place du Mt Blanc, sur l'emplacement de la caserne des pompiers ; mais le projet de construction d'une nouvelle caserne aux Favrands, derrière le bâtiment de l'hôpital, n'en finit pas de sortir de la phase d'étude (la raison pourrait en être que le terrain serait jugé avalancheux...) ;

· Le Couttet : il existe un très fort intérêt pour le Parc ; les bâtiments sont en cours d'expertise ; s'ils sont jugés précieux, ils ne seront pas susceptibles d'accueillir une salle des fêtes ;

· Le centre Franco : l'acquisition de la parcelle appartenant à l'Etat est en cours de finalisation.

- Lorsque dans une zone définie comme « jaune », l'avalanche ne s'est pas produite depuis 1 siècle, on a la liberté de construction et d'extension de bâtiments existants. A noter que bien que le PPR ne soit toujours pas approuvé, la Commune l'applique.

Eric Fournier remercie l'auditoire et exprime sa reconnaissance pour l'aide qui lui est apportée par l'Arvac.

Jacques Desmazures remercie le Maire. Alors que les personnes présentes commencent à quitter la salle, il les rappelle et demande à Tessa Lefort de leur dire quelques mots sur la sortie culturelle qu'elle a prévue à Berne le mercredi 19 août pour la visite du Centre Paul Klee et pour laquelle il reste quelques places.

*******