Assemblée Générale de l'Association des Résidents
de la Vallée de Chamonix. Hôtel ALPINA, 7 août 2008

Le président Pierre-Emmanuel Taittinger ouvre la séance en souhaitant la bienvenue aux participants et en les remerciant pour leur présence nombreuse à cette réunion de famille traditionnelle. Elle ne se tient pas cette année au lieu habituel de l'hôtel MAJESTIC qui est en travaux et PET remercie vivement le directeur et le personnel de l'hôtel ALPINA de nous accueillir pour cette réunion et pour le dîner qui la suivra.

Le président rappelle que les années précédentes, un rapport moral écrit était soumis à l'assemblée. Cette année, après 6 années de services, PET quitte la présidence et a décidé de donner oralement le rapport moral pour l'exercice en cours.

L'action de l'association est orientée vers 3 thèmes majeurs :

Tout d'abord, l'environnement, question de fond, très importante pour le bien-être futur de tous les habitants de la vallée et qui demande compétence et ténacité.
Chamonix, de part sa situation exceptionnelle, ne doit pas être la capitale des poids lourds traversant le tunnel du Mont Blanc, mais une vraie capitale mondiale de l'environnement. Telle est la conviction de PET, et c'est une des raisons qui l'a amené à accepter la présidence de l'ARVAC. Il cite Gaston Rébuffat, le célèbre guide, né à Marseille et qui a été pourtant le premier environnementaliste de la vallée.

Ensuite, un rôle fondamental de l'association est de créer des liens, tout d'abord entre les résidents eux-mêmes, puis entre eux et les chamoniards permanents de la vallée. PET évoque la grande richesse humaine qui existe en chacun de nous et insiste sur l'importance de ces liens qui la mettent en valeur.

Enfin, l'intérêt de l'ARVAC pour tous les problèmes de la vallée : problèmes culturels dont Tessa Lefort s'occupe si bien, problèmes techniques qui sont traités par Jacques Desmazures, ingénieur de haut niveau et alpiniste, excellent interlocuteur pour la mairie, problèmes du haut de la vallée, avec Nicolas Gorodiche, qui prend en compte Vallorcine, mais aussi l'environnement. Le président rappelle que notre site Internet est bien vivant grâce à Madeleine Portier, et remercie tous les autres membres du bureau pour leur travail, et en particulier notre trésorier, Roger Rosset.

PET précise qu'il ne faut pas avoir peur de sa qualité de résident. Si certains, et ils sont peu nombreux, essaient d'opposer résidents et permanents, cela n'a pas de sens, et il le dira au maire. Le fait d'avoir une résidence dans une cité fait de vous immédiatement un résident à part entière, que vous l'ayez depuis 500 ans ou une heure. Ce débat est stupide, et n'honore pas ceux qui le nourrissent. D'ailleurs, les résidents, quand ils ne sont pas là, sans consommation d'eau et d'électricité, sans déchets ménagers, facilitent la qualité de l'environnement : les permanents sont plus tranquilles 9 mois sur12, et Chamonix ne peut avoir 150.000 habitants permanents.

Donc, n'ayons pas de complexe, nous payons nos impôts 12 mois sur 12, et puis les permanents partent aussi en voyage, et on n'est pas là pour compter les jours de présence, ceci est d'un autre âge : ce qui nous rapproche, c'est un amour commun pour la vallée et le souhait commun de la protéger te d'y rendre la vie plus agréable.

Certains d'entre vous posent la question : « à quoi sert l'association » ? C'est tout d'abord s'intéresser à l'endroit où nous passons un certain temps, et les élus ont besoin de ce contre pouvoir. C'est pourquoi le paiement de votre cotisation, preuve de votre adhésion, est si important, même si vous n'êtes pas là lors de l'AG où que ne vous participez pas aux travaux. Notre nombre fait notre poids et PET demande de renouveler dans les délais sa cotisation et d'encourager de nouvelles adhésions.

Il y aura donc un nouveau président, ou présidente, on verra ce que seront les candidatures et ce que le conseil décidera, mais PET rappelle que nous sommes avant tout un club d'amis, et il ne doute pas que la personne qui le remplacera sera compétente, intelligente et dévouée à la cause de l'association. Le président sortant conclut ainsi le rapport moral et le soumet ensuite au vote de l'assemblée.

(Applaudissements et adoption du rapport à l'unanimité).

PET passe ensuite la parole au nouveau trésorier, Roger Rosset, qui remplace André Sibille. Il les remercie tous deux pour le remarquable travail accompli dans des conditions parfois difficiles : ils y ont tous deux perdu leurs cheveux !

Roger Rosset présente sur l'écran les comptes de l'exercice en cours :

Dépenses de 9586 € réparties ainsi : frais de réception (pot de l'AG), pour 13%, abonnements pour 6%, cotisations et dons pour 21%, affranchissement pour 20%, frai de secrétariat pour 38%, poste élevé cette année à cause d'une sous-traitance.
Il rappelle l'importance du poste « cotisations et dons », traduisant la participation de l'ARVAC au maintien du patrimoine de la vallée à sa protection environnementale.
(ARSMB, Amis du vieux Chamonix, AIRAP, FASM, Réserve des Aiguilles Rouges, Echo du Buet, Maison de Barberine, Orgue de St Michel, Clocher de l'église de Servoz).

Les recettes de cotisations (7720€) et d'intérêts bancaires ne couvrent pas cette année les dépenses, et nous avons un déficit de 1168€ couvert par les réserves.
Celles-ci se montent à 25.000 € de compte sur livret. Notre compte courant est créditeur de 2861 € et nous avons 43 € sur un CCP.

Au 31 juillet de cette année, les dépenses engagées ou payées sont d'environ 6000 € pour 5935 € de cotisations, soit un petit déficit de 150 €.

Pour 2009, 3 orientations sont envisagées sur le plan budgétaire :

Réduire les frais administratifs en particulier les affranchissements, avec un recours plus important à internet pour ceux qui en sont dotés.

Accélérer le recouvrement des cotisations et augmenter leur nombre, ce qui évite les frais de relance et une perte de temps pour les bénévoles. RR s'était fixé un taux de recouvrement de 95% au 31 mars, c'était ambitieux et ce taux a été de 63%. Il se fixe comme objectif de l'atteindre en 3 ans, et d'avoir 40 nouveaux membres dès l'an prochain, grâce à l'engagement et l'effort de tous les membres de l'association.

Valoriser l'ARVAC en créant un dossier d'accueil, ce qui représente un investissement
modeste, mais indispensable, pour atteindre les objectifs de nouvelles adhésions.

A titre anecdotique, RR mentionne que lui et son épouse ont reçu 17 coups de fil la veille du dîner pour inscription tardive, alors que l'annonce en est faite depuis 2 mois.

(Applaudissements)

PET reprend la parole pour remercier vivement RR pour cet excellent travail, ainsi que André Chaveton, secrétaire général de l'ARVAC. Il rassure l'auditoire sur le léger déficit 2007, du au fait que les travaux de secrétariat assurés habituellement par son bureau de Reims ont du être sous-traités exceptionnellement pour cet exercice, mais tout est rentré dans l'ordre pour 2008. Les finances de l'association sont saines avec des réserves importantes, et les cotisations n'ont pas augmenté depuis plusieurs années. Ceci ne doit pas empêcher ceux qui le peuvent de verser une cotisation plus élevée pour avoir le statut de membre bienfaiteur. Il soumet les comptes au vote.

(Comptes et budgets sont approuvés à l'unanimité).

PET mentionne que 2 administrateurs souhaite quitter le conseil pour des raisons personnelles (charges de travail), Messieurs Pierre Moccata et Jean-Paul Mamère, et il propose à l'assemblée de coopter 2 nouveaux administrateurs, Monsieur François Leblond, préfet honoraire, ancien directeur de cabinet de ministre et ancien préfet de région et Monsieur Marc Bisson, avocat à Lyon. Le premier a une résidence aux Houches, et est présent dans la salle, le second, absent, réside à Argentières. Il soumet au vote de l'assemblée la cooptation de ces 2 nouveaux administrateurs.

(Messieurs Leblond et Bisson sont élus à l'unanimité)

Le président demande ensuite à l'assemblée le quitus aux administrateurs.

(Le quitus aux administrateurs est voté à l'unanimité)

PET redonne la parole à RR qui dresse une géographie sociologique de l'association.
Répartition des adhérents dans la vallée : Vallorcine 1%, Argentière 19%, les Praz 24%, Chamonix 44%, les Bossons 3%, les Houches 6% et Servoz 3%.
Répartition par départements d'origine : 57% viennent de 5 départements, 74, 78, 69, 92 et 75. 9% viennent de l'étranger où 4 pays de distinguent : Suisse(34% de ces 9%), Grande Bretagne(20%), Italie(15%) et Belgique(10%).
RR signale enfin ces « adhérents du bout du monde », venant de Norvège, USA, Brésil, Côte d'Ivoire et ThaÏlande.

Le Président passe la parole à Tessa Lefort, qui mentionne le mini salon du livre organisé l'an passé avec 9 auteurs membres de l'ARVAC. Cette année, ils sont 3 dont les livres sont disponibles pour la vente à la sortie grâce à Mme Landru : Ghislaine Oppenheimer, Florence d'Harcourt et Pierre-Louis Roy.
TL rappelle la sortie « goûteuse et charmeuse » organisée pour le 20 aôut : escapade en Chartreuse, départ 7h, retour 20h, il reste 6 places.(63 € par personne).
Enfin, Tessa signale le « jardin des cimes », invitation à une ballade en montagne au milieu d'un jardin à Passy, jardin inauguré en juillet dernier et fait à l'initiative de l'association « chant des cimes » qui s'occupe d'insertion sociale.

Puis PET passe la parole aux intervenants :

Monsieur Maurice Gay, président des amis du vieux Chamonix, association très proche de l'ARVAC et qui fait un remarquable travail de conservation du patrimoine.

Madame Mireille Sertout, membre du bureau de l'ARVAC et fondatrice de la Fédération Française des Associations de Résidents des Stations de Montagne, fédération qui prend de plus en plus d'importance et s'étend à l'international.

Madame Isabelle Madesclaire, présidente et fondatrice d'URBASITE, dont la vocation est d'intervenir dans la vallée sur tous les problèmes de développement durable.

Monsieur Jean-Claude Bourdais, président de l'AIRAP, dont le but est de contribuer à l'établissement d'un PPR (Plan de Prévention des Risques) réaliste, aider à la gestion des crises et réaliser une cartographie des couloirs d'avalanche dans la vallée.

Le président Taittinger remercie tous les intervenants pour leur contribution active à la richesse des débats lors de cette assemblée. Il souhaite également rendre hommage à l'un des membres décédé au K2 dans l'Himalaya, Monsieur de Barège.

_______________

Le président accueille ensuite le nouveau maire de Chamonix, Monsieur Eric Fournier.
Après l'avoir félicité pour son élection, il souligne l'importance de ce contact annuel direct entre les membres de l'ARVAC et le maire de Chamonix, une priorité statutaire.

PET rappelle au maire que nous sommes pour les élus une force de soutien et non d'opposition, et que nous ne sommes pas un lobby de gens aisés, mais avant tout des amoureux de la vallée dont le but est de la défendre et de la protéger.

Pour ce qui concerne la lutte contre l'excès de camions via le tunnel du Mont Blanc, un dossier dans lequel l'ARVAC s'est beaucoup investie, PET souhaite que la mairie propose un classement de ce site en Parc National, avec tous les avantages que cela impliquerait en matière de protection environnemental.

Sur ce même plan, le président mentionne le fait qu'en moyenne, les résidents ne sont dans la vallée que 3 mois sur 12, ce qui assure aux permanents une tranquillité 9 mois de l'année, avec moins de déchets et de dépenses d'eau et d'énergie. Mais il ajoute que personne ne tient une comptabilité du temps passé dans la vallée par les membres, ni d'ailleurs par les permanents, et que la qualité de chamoniard à part entière ne dépend ni de l'ancienneté, ni du temps passé dans la vallée : tous paient leurs impôts locaux sur une base de 12 mois par ans !

La parole est donnée à Monsieur Eric Fournier.

Le maire remercie l'assemblée pour cette invitation et confirme combien ce contact direct est également important pour la municipalité. L'attachement à cette vallée nous réuni et les résidents font totalement partie de la communauté chamoniarde.

Pour ceux qui ne le connaissent pas, EF rappelle qu'il a 43 ans, il est maire depuis 4 mois après avoir été adjoint pendant 2 mandatures. Il est aussi conseiller régional, et a été de 1999 à 2004 vice président du conseil régional en charge des transports.

EF développe ensuite différents dossiers :

- Pour la limitation des poids lourds dans la vallée, thème cher à PET, il faut rester mobilisé et éviter toute perspective de doublement du tunnel du Mont Blanc, et pour ce faire, veiller à ce que les voies d'accès au tunnel n'augmentent pas.

- La municipalité est favorable à une labellisation du site de Chamonix ainsi que de l'ensemble du massif du Mont Blanc. Le classement en parc national est une voie, il y en a d'autres, type UNESCO, avec des moyens de gestion cohérents qui doivent concerner autant le fond des vallées que le massif lui-même : urbanisme, transports et gestion des flux. Toute initiative dans ce sens aura le soutien de la mairie.

- L'aménagement, avec la révision du PLU, pour laquelle EF souhaite une concertation très large avec la population et les associations.

- Les transports et déplacements urbains, qui nécessitent un plan avec l'état, la région, le département et la commune. Le maire rappelle que 8 sur 10 de ces déplacements sont locaux, donc majoritaires par rapport au transit.

- EF a écouté l'intervention de l'AIRAP sur le PPR, et ne souhaite pas soulever de polémiques. Il est en contact avec le ministère du Développement Durable de Mr. Borloo qui établit la cartographie des zones à risque, avec échanges d'avis et d'informations sur la gestion des zones jaunes. L'état décidera et le maire suivra, sans rien occulter de ce dossier sensible. De plus, le PPR n'est pas encore approuvé.

- La municipalité poursuivra une politique de protection du patrimoine et continuera à soutenir le travail des associations concernées.

- Un travail de diagnostic est en cours pour les équipements culturels et sportifs, avec un programme de conservation prévu à l'automne pour des secteurs comme le Couttet, la Tournette ou la rue du Moulin.

- Le dossier de l'hôpital est préoccupant : un service d'urgence doit être disponible pour la population, mais il faut trouver un compromis avec Sallanches. Par contre, la création de 2 « Maisons médicales », l'une en ville et l'autre en haut de vallée, permettrait de faire face au déficit de médecins.

- Enfin le maire évoque la démocratie de proximité, avec l'instauration de 4 conseils de secteurs : les résidents intéressés devront s'inscrire en mairie. Et sur le plan de l'intercommunalité, un « conseil de vallée » pourrait être également créé.

EF termine son intervention en remerciant l'association et en particulier son président PET, qui termine son mandat, pour la qualité des relations entre l'ARVAC et le maire.

Questions des membres et réponses du maire

Le président remercie à son tour EF, homme de dialogue, pour son exposé efficace, énergique et qui témoigne d'une solide connaissance des dossiers de la vallée.
Grâce au site de l'association animé par Madeleine Portier, un certain nombre de questions ont été posées via internet, et PET les retransmet au maire.

Q : l'obtention de la carte de résidents est trop complexe et il faut tout recommencer au bout de 2 ans. Est-ce possible de simplifier la procédure ?
Q : les adhérents se plaignent de l'état de la voirie et des rebords de trottoirs.
Q : comment le maire voit-il l'avenir des transports dans la vallée ?
Q : que vont apporter les comités de secteurs ?

EF : Une refonte du système informatique de la mairie devrait simplifier la procédure d'obtention de cette carte, avec la possibilité de remplir le formulaire par internet.

C'est exact que la voirie a été négligée aux dépens d'investissements pour des axes majeurs. Le maire envisage un budget de fonctionnement plus important pour la voirie, en portant une attention particulière aux problèmes de mobilité réduite.

Le parc des trains dans la vallée a été doublé entre 1998 et 2006. L'infrastructure est maintenant saturée, et on ne peut plus augmenter les fréquences. La SNCF, RFF, le conseil régional et le conseil général ont signé un plan d'investissement pour la rénovation de la ligne. Le président de la SNCF, Guillaume Pépy est venu récemment.
Mais EF souhaite aller encore plus loin sur le plan ferroviaire, tout en précisant que les bus urbains restent indispensables, et que les 2 systèmes doivent coexister.

Les conseils de secteurs permettent aux résidents qui s'y inscrivent de se tenir au courant des projets intéressants un secteur géographique donné et de faire des propositions aux élus sur des problèmes spécifiques. Ces réunions se tiendront en fonction de l'actualité des dossiers, au minimum 2 fois par an, et un comité de suivi
veillera au traitement et à la progression des dossiers.
PET attire l'attention du maire sur l'importance de la vie culturelle dans la vallée, en particulier pour certains résidents ne pouvant plus pratiquer les sports de montagne, et passe ensuite la parole à la salle pour un échange direct avec le maire.

EF : Chamonix manque d'une salle capable d'accueillir des spectacles de qualité. Ceci peut être résolu par la commune seule, ou dans le cadre de l'intercommunalité. Mais il y a peut-être d'autres solutions avec ce qui existe, et la commune fait appel à des experts, dont certains sont résidents, pour construire une offre culturelle adaptée.

Q : Dégradation du lac des Gaillands.
EF : Une société a répondu à l'appel pour un curage, mais sa proposition n'est pas satisfaisante, et ne résoudrait pas le problème d'une façon durable. On y travaille.

Q : On attend depuis 3 ans l'ouverture de la piscine en extérieur. Et ne peut-on pas rétablir la baignade dans le lac ?
EF : Le bassin extérieur sera ouvert l'été prochain, et le retard est du à des soucis importants avec l'entreprise chargée des travaux. Pour des raisons sanitaires, on ne peut pas autoriser la baignade dans le lac, mais la municipalité recherche plutôt d'autres solutions ludiques sur le plan aquatique : ce sont des dépenses importantes.

Q : Les anciens pylônes du Brévent vont-ils être enlevés ?
EF : La convention signée avec la Compagnie du Mont Blanc ne le prévoyait pas, mais celle-ci propose des solutions techniques de démontage, et le coût est élevé.
Il faut aussi faire attention à l'impact environnemental de ces solutions, et par exemple la construction de pistes forestières pour évacuer le béton ne serait pas bonne. La recherche du meilleur compromis est en cours, avec l'objectif pour la municipalité d'un démontage au moins partiel des anciens pylônes.

Q : Les chemins de montagnes sont envahis par des hordes de VTT.
EF : La mixité des piétons et des VTT, que l'on ne peut interdire, est effectivement difficile. Ce qui est proposé est de limiter le VTT à des secteurs bien définis, à l'exemple de Vallorcine qui possède une vraie piste VTT de compétition.

Q : Il est difficile à certaines heures de trouver un médecin de garde.
EF : C'est un sujet préoccupant, et les rapports entre les médecins généralistes et l'hôpital, qui manque de service d'urgences, ne sont pas simples. Des pourparlers sont engagés avec les généralistes pour trouver une solution satisfaisante.

Q : Quid de la communauté de communes dans le massif du Mont Blanc ?
EF : C'est une affaire difficile avec 14 communes, sans unanimité selon les mairies.
Il vaut mieux commencer au 1° janvier 2010 avec les 4 communes de la vallée.

Q : Où en est l'enfouissement des lignes électriques ?
EF : Il y a un programme qui avance bien, mais je préfère répondre plus tard pour donner une situation exacte.

Q : Quel projet pour l'hôtel Couttet ?
EF : Ce point fait partie d'une réflexion globale sur les développements culturels.
Q : La cabane du Paradis des Praz est tenue par un jeune couple, mais ils n'ont ni l'eau, ni l'électricité. La commune ne pourrait elle pas les raccorder ?
EF : Ce raccordement représente une dépense importante, environ 100.000 € et
n'est pas prévue dans la concession qu'il faudrait alors revoir pour qu'il y ai des retombées financières pour la commune compte tenu de cet investissement.

Q : Le petit lac en haut de Combloux est dépollué grâce à des végétaux. Ne pourrait-on pas utiliser cet exemple pour le lac des Gaillands ?
EF : Tout à fait, cette technique biologique pourrait être une solution intéressante.

Q : Le projet de réfection du tunnel des Montets pour faciliter le passage des voitures est-il compatible avec l'augmentation des fréquences des trains ?
EF : Ce projet de 7,2 M d'euros fait l'objet d'une convention entre le conseil régional, le conseil général, le canton du Valais, RFF et les mairies de Chamonix et Vallorcine.
95% du financement est extérieur, 5% revenant aux communes. Le sectionnement de l'alimentation électrique permettra un passage plus facile des voitures en cas de crise, mais la priorité est avant tout ferroviaire et ce n'est pas un tunnel routier.

Q : Vous avez dit que le PLU doit être un accélérateur puissant pour le plan de transport et l'amélioration des dessertes dans la vallée. Qu'en est-il ?
EF : C'est en effet notre souhait d'accélérer les financements pour le PDU (plan de déplacement urbain) et éviter les lenteurs administratives pour ce projet.

Q : Quand aurons nous un trottoir entre les Gaillands et Chamonix ?
EF : C'est effectivement nécessaire, pour des raisons de sécurité. On y travaille.

Q : Ne pourrait on pas équiper les trains de roues en caoutchouc pour éviter le bruit?
EF : Ce n'est pas envisagé pour nos rames, mais la réfection des voies et des ballasts avec les nouvelles technologies permettra de diminuer les nuisances sonores.

_________________

Le président Taittinger reprend la parole et félicite Eric Fournier pour ce premier rendez-vous très réussi. Il l'assure du soutien de l'ARVAC et lui souhaite beaucoup de succès pour son mandat. PET clôture les débats et convie le maire et l'ensemble des participants à l'apéritif traditionnel qui suit l'assemblée générale annuelle.