Compte-rendu de l’assemblée générale du 10 août 2017 à 18 h. au Majestic

 

L’assemblée générale ordinaire de l’ARVAC s’est tenue, selon la convocation précédemment envoyée, le 10 août 2017 à 18 h. dans la salle du Majestic à Chamonix ; 170 membres étaient présents ou représentés.

Selon l’ordre du jour, ont été abordés les points suivants :

1 °) Rapport moral du président F. Leblond

Au cours de l’année 2016, l’ARVAC a poursuivi son action auprès de et avec la mairie de Chamonix, dans le cadre de la loi ALUR pour lutter contre les dérives inadmissibles en matière d’urbanisme ; l’association a participé au dialogue instauré avec le Parlement pour compléter le texte de loi et poursuivra cette collaboration au cours des prochains mois.

Sur le plan du patrimoine, l’association relaie activement auprès de ses membres les actions lancées sous le patronage de la Fondation du Patrimoine et participe également directement par ses subventions (nouvel orgue d’Argentière, restauration de l’église de Servoz, puis de celle de Vallorcine, notamment). Nous appuyons le projet de création d’un chemin des chapelles de la vallée, restons vigilants sur le devenir de la ferme Couttet aux Bois, etc.

Nous sommes attentifs à favoriser la participation des plus jeunes de nos membres et avons proposé en février 2017 un concours de slalom avec le concours de l’Ecole de Ski de Chamonix, épreuve sympathique qui a rencontré un accueil très favorable des participants et sera donc rééditée en 2018.

Pour maintenir un outil performant d’informations entre nous, nous avons refondu le site internet et celui-ci semble donner satisfaction. Que chacun pense bien à nous tenir au courant des changements d’adresse internet, c’est la condition indispensable pour une utilisation optimale de ce moyen de communication devenu incontournable et source d’économies appréciables …

2°) Rapport financier du trésorier R. de Luze .

Evolution de la situation de trésorerie :

Au 01/01/2016
Compte courant bancaire 1.765,78
livret d'épargne 15.962,62
compte d'épargne 308,61
espèces 94,95
Total Trésorerie disponible 18.131,96 €


Au 31/12/2016
Compte courant bancaire 1.529,05
livret A 16.082,34
compte épargne 309,65
espèces 94,95
Total trésorerie disponible 18.015,99 €

Recettes et dépenses de l'année 2016 :
Recettes :
Cotisations encaissées 5.510,00

Dépenses :
Internet 114,84
Dons 2.720,00
Fournitures 628,05
Affranchissements 1.049,51
Assurances 207,80
Documentation (D.L.) 367,02
Frais de réunion (AG, CA) 1.308,00
Total dépenses 6.395,23


Résultat des Manifestations :
Dîner +159,50
Sortie -126,00
RESULTAT GLOBAL Déficit 851,73 €


Mis aux voix, les rapports moral et financier sont approuvés à l'unanimité.

 

 

3°) Renouvellement des administrateurs

Le conseil a coopté un nouvel administrateur, Jean ROBELLO, 54 ans, depuis 1974 résident de Vallorcine ; il en demande la ratification. Celle-ci est votée à l’unanimité.

En outre quatre administrateurs Eve DARAGON, Jacques DESMAZURES, Nicolas GORODICHE et Jean-Claude PONTUER, sont sortants et se représentent ; ils sont réélus à l’unanimité.

Aucune autre question n’étant soulevée, l’assemblée statutaire est levée à 18h 30.

ANNEXES

1 – Intervention d’Eric FOURNIER, maire de Chamonix et président de la Communauté de Communes, devant les résidents membres de l’ARVAC

Exceptionnellement, cette intervention s’est déroulée avant l’assemblée générale proprement dite, pour des raisons d’emploi du temps du maire.

Avant de répondre aux questions des participants, E. Fournier a tenu à remercier les dirigeants de l’ARVAC pour leur participation à un dialogue intéressant et utile avec la commune et la ComCom , partageant les préoccupations de celles-ci. Il a ensuite évoqué deux problèmes majeurs :

1         celui des finances locales : Un audit vient d’être effectué par la Chambre Régionale des Comptes, il souligne l’effort de désendettement et d’investissement, et de redressement des finances publiques. Mais demeure le déséquilibre structurel entre l’effort de l’Etat vis-à-vis de la ComCom et celui de la ComCom vis-à-vis d’autres communes moins riches … A l’arrivée, on donne de l’argent à l’Etat ! Cela devient donc très difficile.

La ComCom progresse bien et a désormais pris à son compte les problèmes d’eau et ceux de PLU. A ce niveau d’intégration, la ComCom est la plus avancée de Haute-Savoie. A terme, y aura-t-il fusion complète des 4 communes ? Cela se fera selon la volonté des communes mais il faut aussi penser au-delà : que deviendrait cette « nouvelle commune » dans la communauté de communes du Pays du Mont-Blanc … Il est donc essentiel de disposer de moyens propres les plus importants.

En ce qui concerne les impôts locaux, Chamonix se situe bien par rapport aux autres communes de Haute-Savoie.

2         celui de la transition énergétique : les collectivités locales ont apporté 109 M€ pour aider aux divers investissements concernant le transport (bus et train), l’enfouissement des lignes électriques, les pistes cyclables, la rénovation des bâtiments publics et l’amélioration de l’habitat privé. La vallée est un territoire pilote pour la biodiversité !

Les questions transmises par F. Leblond concernent :

-          état très insatisfaisant de la voierie (chemin des Nants, chemin du Vieux Servoz, notamment) ; E. Fournier reconnaît qu’un retard existe par rapport au programme de modernisation des routes car il y a de gros efforts à faire … toutefois d’une part la voierie n’est pas du ressort de la ComCom mais de chaque commune et, d’autre part, un trop bon état des routes favorise souvent des excès de vitesse ! Il reste un équilibre à trouver entre bonnes routes et faible vitesse.

-          la modernisation du réseau de train : E.Fournier explique que le retard est dû à l’installation du système de signalisation automatique suisse. Ce qui a pu être fait de Vallorcine aux Houches pose un problème de financement pour le tronçon Servoz – Le Fayet. Par ailleurs,

la refonte des dessertes des grandes lignes vers La Roche s/Foron et St Gervais oblige à accroître la desserte par bus.

-          l’insuffisance des parkings autour des remontées …

Parole étant donnée à la salle, les réponses suivantes ont été apportées :

-          sur les effets néfastes de la loi ALUR : n’ayant pas réussi à faire modifier la loi, nous continuons le travail parlementaire avec un dispositif temporaire lors de la révision ou la modification d’un PLU, qui reprendrait les limites COS, POS, hauteurs, … Cela ne règle pas tout mais peut atténuer les problèmes.

Le PLU est intercommunal, il est relancé par une nouvelle demande d’une des communes, ce qui ne peut exister qu’après un certain nombre d’accords entre les communes.

-          Sur l’avancement du groupe de travail pour le patrimoine architectural et environnemental : c’est un travail énorme à faire, qui doit aussi servir à faire avancer la demande de classement par l’UNESCO. Il est prévu de commencer en octobre prochain et on travaillera sur les trois vallées, Aoste, Martigny et Chamonix.

-          Sur la desserte de la Route des Pélerins : des propositions récentes vont être testées avec une partie de route en sens unique. Pour le Mulet modifié, cela marche bien et semble difficile à modifier pour des raisons de coût.

-          Sur la desserte du téléphérique Planpraz-Brévent par des bus : E. Fournier va étudier la faisabilité d’une desserte matin et soir

-          Sur l’enneigement artificiel : il y a des aides régionales pour l’installation de canons à neige qui sont cofinancés par la commune et la Cie du Mont-Blanc (CMB). La DSP (délégation de service public) avec la CMB permet de contrôler leurs investissements, le calendrier officiel et la réalité des investissements sur 5 ans. La vallée recoure actuellement à la neige de culture à hauteur de 11%.

-          Sur l’adaptation des tarifs des remontées aux familles : sujet à étudier par la municipalité …

-          Sur le sort de l’Hôtel Couttet : pas de remise en cause des bâtiments ; on se dirige vers une solution hôtelière.

-          Sur le sort de la ferme Couttet aux Bois : la municipalité regarde comment la maintenir en l’état.

3 - Intervention de la Compagnie du Mont-Blanc sur sa politique de lutte contre le réchauffement climatique.

Bruno TERLIER, de la Compagnie du Mont-Blanc, Responsable Qualité, Sécurité, Environnement et Energie a exposé les différentes dispositions prises par la CMB pour respecter les objectifs écologiques de consommation minimum d’énergies fossiles, de non-pollution, de réduction de l’effet de serre, … tant dans l’organisation de leur travail que dans la production de neige artificielle.