Intervention d’Eric Fournier, maire de Chamonix, Président de la Communauté de Communes, lors de l’Assemblée Générale le 12 août 2020

Avant de répondre aux questions évoquées par les membres de cette assemblée, je souhaite faire part de la situation sanitaire actuelle dans la vallée de Chamonix ; après avoir été touchée de façon comparable au reste de la France, la vallée a réussi à bien articuler les acteurs médicaux du territoire (Hôpitaux du Mont-Blanc, Centre Hospitalier Annemasse-Léman, médecine libérale). Nous restons vigilants, avec obligation du port du masque dans le centre ville, mais la période est compliquée et il a fallu reformater les manifestations prévues, mettre en place un protocole pour les refuges de haute montagne. Il faut aussi soutenir la situation économique et maintenir un climat social acceptable ; la fréquentation est revenue en août, de façon très marquée, mais elle va tomber brutalement dès le 15. Les acteurs économiques ont très bien réagi et se sont très bien adaptés. L’Office du Tourisme s’est bien tourné vers la clientèle française, mais ce sera plus difficile cet hiver à cause d’une concurrence française évidente.

Cette crise doit être l’occasion d’accélérer les transitions et de nous adapter encore plus rapidement en faveur d’une offre touristique plus robuste, plus agile, plus adaptable. La perte des ressources de la collectivité est importante (- 4 M€ pour la commune, et – 2 M€ pour la Comcom) à 12 % du budget de fonctionnement, budget dont près de 50 % est consacré à la masse salariale ; c’est donc sur l’autre moitié que les 12 % vont s’imputer … Cela va pouvoir passer cette année, grâce aux efforts réalisés les années précédentes mais cela ne pourra pas se reproduire ! On a décidé de maintenir à 95 % le niveau d’investissement car il impacte directement la situation des entreprises locales et régionales. Nos efforts ont porté en interne et sur la capacité d’autofinancement. Nous restons toutefois inquiets pour les années 2021 et 2022.

En réponse à une question sur l’évolution du marché immobilier, je dirais que la situation demeure bonne avec de nouveaux demandeurs et des offres publiques en faveur de la rénovation via des entreprises et des artisans labellisés. La mise en place de tarifications qualitatives peut aussi être un encouragement à la rénovation énergétique de l’habitat.

Au sujet des remontées mécaniques, l’opérateur en charge de celles-ci est tenu de procéder à un certain nombre d’investissements mais il est impacté par la crise actuelle et nous devrons tirer un bilan de la situation en fin d’année. Les pertes sont d’ores et déjà importantes …                            
Pour Charamillon, le changement de télécabine est bien au contrat mais un décalage s’est produit et c’est La Flégère qui a été réalisée en premier. La circulation au Tour est évidemment aussi un sujet de préoccupation, car le projet soumis à enquête publique n’est pas le projet que je préconisais : rénover la télécabine et laisser la gare de départ au même endroit est un pis-aller mais la maîtrise foncière nous échappant et la « publicité » faite autour du projet municipal ayant été ce que vous savez, la solution envisagée va maintenir un parking en forte déclivité et peu adapté aux conditions climatiques hivernales. Il nous reste à améliorer les dessertes publiques, ce qui est étudié.

Aux Grands Montets, l’aspect financier paraît pouvoir être réglé en vue d’une reconstruction, par la mise en jeu des assurances. Mais cette reconstruction doit nécessairement être conçue pour deux générations, la lisibilité dans la durée est indispensable, là comme ailleurs. L’insertion dans un avenir durable est la condition sine qua non. Et il faut préserver la spécificité des Grands Montets qui est un site classé de haute montagne et pas seulement un très vaste de champ de ski comme en Tarentaise. Il n’y aura pas d’extension notable de la quantité de personnes acheminées, ce sera un site de haute qualité environnementale (« niveau 3S »), un architecte de renom, Renzo Piano, a été missionné et les premières esquisses sont très sobres. Nous sommes exigeants mais c’est le site qui le mérite, même si cela doit prendre un an de plus. Et nous voulons obtenir une unanimité des acteurs concernés (Inspection Générale des Sites, Ministère de l’Environnement) par le projet comme nous venons de l’obtenir pour le projet Montenvers qui a mis plusieurs années avant d’aboutir. Cela nous mènera probablement jusqu’à 2023.

Au Montenvers, après avoir enlevé les équipements actuels on mettra en place un téléportage aux Echelets, et un site d’exposition sous la gare actuelle du train du Montenvers, dédié au x problèmes de l’évolution climatique.

Dans le cadre de l’amélioration du transport ferroviaire vers la vallée, on devrait d’ici fin août signer les accords pour le changement de la signalisation sur le tronçon La Roche-sur-Foron / Saint-Gervais ; c’est un coût de 180 M€ avec financement Département/Région/Etat pour rénover un système de circulation qui date de … et fonctionne encore avec des aiguillages manuels ! C’est un élément indispensable pour pouvoir améliorer ensuite horaires, cadences, etc … et profiter des possibilités offertes par CEVA (liaison Cornavin-Eaux Vives – Annemasse). Objectif affiché de la SNCF : pour 2025, un train chaque demi-heure sur la liaison Genève – Saint-Gervais … On peut espérer …

Avec le témoignage d’une participante, je découvre le problème de l’ignorance respective des services commerciaux du Léman-Express et de la SNCF-TER au sujet des horaires des trains en correspondance … C’est un point que je note et que nous traiterons.

En matière d’état des routes, tout se fait dans le cadre d’un plan pluri-annuel qui coûte 1 M€, c’est déjà énorme à mes yeux. Les demandes sont souvent contradictoires, entre qualité du revêtement pour favoriser la conduite, ne pas encourager une vitesse excessive, pose de ralentisseurs, etc … La solution, c’est … utilisez moins vos voitures !

Tapage nocturne : notamment au bar en face de la mairie … Beaucoup d’établissements jouent bien le jeu mais certains ont, au contraire, profité du confinement pour faire, encore plus, n’importe quoi. La police est obligée d’intervenir régulièrement. Nous préparons une charte avec la préfecture pour le respect des règles en matière de volumes sonores.

Création de tarifs de parking pour seniors : je ne pense pas qu’il faille envisager des conditions liées à l’âge. En revanche, il y a des abonnements très très compétitifs ; je vais vous faire parvenir la liste de tout ce qui vous est proposé et qui devrait vous donner satisfaction.

Médecins en nombre insuffisant à la Maison de Santé : effectivement, l’âge des médecins à Chamonix et leurs départs en retraite entraîne une certaine diminution ; nous avons passé des accords avec les Hôpitaux du Mont-Blanc pour relocaliser un certain nombre de spécialistes de Sallanches quelques jours par semaine à Chamonix, sur le site de l’hôpital. Mais nous n’avons pas encore toutes les spécialités. Et cela reste une offre de substitution car nous donnons la priorité aux libéraux que nous accueillerons à bras ouverts.

Amélioration du débit Internet, déploiement de la fibre optique : nous avons depuis 2000 câblé et équipé en haut débit une partie de la commune, à partir des besoins de l’Ecole de Physique des Houches et en louant du réseau à la SNCF, mais tout ceci ne concernait que les services publics, certaines associations et les professionnels. Pour les particuliers, nous avons choisi de faire une D.S.P. (Délégation de Service Public) et après négociation nous avons obtenu une couverture progressive du Chatelard (Servoz) jusqu’au Chatelard (frontière) par raccordement au tronc commun public existant, et ceci dans un délai de 3 ans. Le planning est disponible à la mairie.

Pistes cyclables : Je note avec plaisir que leur développement vous satisfait ; Chamonix – Les Houches est réalisé, on va attaquer le haut de la vallée.

Musée Alpin de Chamonix : notre projet est désormais classé parmi les prioritaires au niveau régional et national. Mais la commune veut trouver des subventions pour ne pas avoir à supporter seule un budget de 7,5 M€ et se limiter comme à chaque grand projet à une mise de fond de 2 M€ maximum. Le projet de contenu qui a retenu l’avis favorable d’un contrat de plan avec l’Etat et la Région me paraît devoir être retravaillé et enrichi pour lui donner un attrait supplémentaire, en développant quelques thèmes spécifiques au lieu de reproduire un nième musée montagnard peu attirant.

Etat du Tunnel du Mont-Blanc : je ne suis pas tenu au courant de ce qui se dit dans les réunions de niveau national ou international sur le suivi du tunnel, j’ai seulement quelques échos par le biais de la préfecture, à titre personnel et amical. J’ai lu qu’il y avait des problèmes de rénovation de la dalle et de la voûte et que des travaux devaient être envisagés. Certains en profiteraient pour faire valoir la nécessité d’un deuxième tube ; pour nous, il n’en est pas question et chaque nouveau ministre concernéauquel j’ai posé la question, m’a répondu la même chose : non.